Forum de l'AGEC

Forum de l'Association Générale des Étudiants de Clermont-Ferrand
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Loi Pécresse: blocages de facultés à Toulouse et Tours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Matthieu Perona

avatar

Nombre de messages : 458
Age : 35
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Loi Pécresse: blocages de facultés à Toulouse et Tours   Mar 6 Nov 2007 - 16:19

Loi Pécresse : blocages de facultés à Toulouse et Tours
AFP, mardi 6 novembre 2007.

TOULOUSE (AFP) - Des étudiants de l'université Toulouse-Le Mirail ont bloqué mardi matin l'entrée des bâtiments de la faculté pour protester notamment contre la loi Pécresse sur l'autonomie des universités.


A Tours, une centaine d'étudiants ont bloqué l'entrée des bâtiments de la Faculté de Lettres de Tours, les Tanneurs.

La ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, a jugé sur France Info que le mouvement n'était "pas justifié", réclamant "un peu de patience" en attendant que la réforme "porte ses fruits".

La loi sur l'autonomie des universités prévoit que dans un délai de cinq ans toutes les universités accèdent à l'autonomie dans les domaines budgétaire et de gestion de leurs ressources humaines, et puissent, à leur demande, devenir propriétaires de leurs biens immobiliers.

"C'est paradoxal qu'au moment où l'Etat se réengage, au moment où l'Etat décide d'accompagner les universités pour qu'elles soient plus puissantes, plus fortes, pour qu'elles assurent une meilleure insertion professionnelle des étudiants (...), qu'à ce moment-là, il y ait un mécontentement qui ne me paraît pas justifié", a affirmé Mme Pécresse.

A Rouen, les étudiants bloquent depuis le 30 octobre les facultés de lettres et de psycho-socio.

Lundi, entre 100 et 200 personnes ont occupé pendant quelques heures le site de Tolbiac de l'université Paris I avant de le quitter en fin de journée, alors que celui-ci est fermé administrativement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ferréol

avatar

Nombre de messages : 855
Age : 31
Localisation : gergo
Date d'inscription : 09/05/2007

MessageSujet: Re: Loi Pécresse: blocages de facultés à Toulouse et Tours   Mar 6 Nov 2007 - 19:11

vive Toulouse!!!!!!!! Very Happy

_________________
SG de l'AGEC
membre de la section FANL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gw1.geneanet.org/index.php3?b=hfbilly_w&lang=fr
Matthieu Perona

avatar

Nombre de messages : 458
Age : 35
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Re: Loi Pécresse: blocages de facultés à Toulouse et Tours   Mer 7 Nov 2007 - 0:32

Assemblées générales et blocages se multiplient dans les universités

Par Par Lucile MALANDAIN AFP - Mardi 6 novembre, 19h23

PARIS (AFP) - Une quinzaine d'assemblées générales ont à nouveau réuni mardi de quelques dizaines à plus d'un millier d'étudiants contre la loi sur l'autonomie des universités et cinq d'entre elles ont voté le blocage, tandis que Valérie Pécresse réclamait "un peu de patience".
(Publicité)

Jugeant que ce mouvement n'était "pas justifié", la ministre de l'Enseignement supérieur a demandé mardi matin "un peu de patience pour que la loi puisse porter ses fruits", avant d'annoncer en fin d'après-midi qu'elle recevrait mercredi et jeudi les organisations étudiantes représentatives.

Mais "l'ordre du jour sera sur les conditions de vie étudiante et le chantier réussite en licence, donc indirectement seulement en relation avec la contestation actuelle" qui demande l'abrogation pure et simple de la loi, a précisé à l'AFP Thiébaud Weber, président des étudiants de la Fage, qui ne participe pas au mouvement.

Les assemblées générales des universités de Rouen (1.200 participants), Tours (1.100), Toulouse II-le Mirail (1.500), Lille III (1.200) et Rennes I (800) ont voté lundi soir ou mardi le blocage des établissements, Aix-Marseille I (450) le principe de la grève, selon des sources concordantes (syndicats et journalistes de l'AFP).

Les autres assemblées générales, dont Reims (200), Amiens (500), Metz (50), Limoges (150) ou Paris VIII (500) ont voté des motions demandant l'abrogation de la loi du 11 août sur l'autonomie des universités et des mesures sociales en faveur des étudiants.

Le site de Tolbiac de Paris I, où une assemblée générale de plusieurs centaines d'étudiants a voté le blocage vendredi, était toujours fermé administrativement, après une brève occupation lundi par une soixantaine d'étudiants.

Une vingtaine d'universités doivent organiser des assemblées générales mercredi ou jeudi, une dizaine d'autres la semaine prochaine et une deuxième coordination nationale étudiante, réunissant des représentants élus en AG, se tiendra ce week-end à Rennes II.

Ce mouvement de contestation, qui se cristallise sur la loi votée, a été lancé il y a quinze jours par un "collectif contre l'autonomie des universités" (CCAU) composé d'organisations de jeunesse d'extrême gauche. La semaine dernière, les assemblées générales avaient réuni une centaine d'étudiants en moyenne, sauf à Rouen, déjà bloqué, Aix-Marseille et Tolbiac, fermés.

Le collectif reproche au nouveau texte d'offrir aux universités "la possibilité de faire appel à des fonds privés sans aucun contrôle", ouvrant la voie aux "dérives" et aux "pressions" des entreprises, mais aussi de "casser le statut de fonctionnaires" des enseignants-chercheurs.

Il proteste en outre contre les fermetures administratives décidées par certains présidents d'université et qui, selon lui, "empêche la massification du mouvement".

En décalage avec cette plate-forme, l'Unef, leader du mouvement de contestation du CPE et présent dans les AG, n'appelle pas à l'abrogation "car c'est un objectif qui ne nous semble pas atteignable", a expliqué à l'AFP son président Bruno Julliard.

En appelant à la mobilisation, il a souhaité que celle-ci cible des revendications budgétaires et sociales, considérant que "le budget 2008 est en trompe-l'oeil". Il s'est déclaré "optimiste" sur l'amplification du mouvement.

Quant à l'entourage de Mme Pécresse, il veut faire "la distinction entre ceux qui ont pour préoccupation la réussite des étudiants et ceux qui utilisent l'université comme un prétexte pour faire de l'agitation politique".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaëtan



Nombre de messages : 245
Age : 30
Localisation : cézeaux, bars, ....
Date d'inscription : 09/05/2007

MessageSujet: Re: Loi Pécresse: blocages de facultés à Toulouse et Tours   Mer 7 Nov 2007 - 14:16

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
katia

avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Loi Pécresse: blocages de facultés à Toulouse et Tours   Mer 7 Nov 2007 - 16:02

interessant certains de mes contacts me demandent par mail ou en Clermont ? Et ca m'interesse aussi. Avez vous reussi a monter des AG, avez vous lancé des barrages filtrants et des informations ?

J'ai eu quelques idées idées de Slogan qu'on a reflechi avec des amis qui sont plus en fac non plus. On pense qu'il faudrait tappisser les facs avec des slogans chocs sur la realité.

"qui decidera de vos etudes Vous ou Michelin ?"
"qui doit peut defendre vos droits en CA : les etudiants ou le MEDF ?"
"Aurez vous les moyens de payer vos frais si ils augmentent de 600 % ?"
"Vous ne voulez pas bloquer ? nous non plus. Vous ne voulez pas faire greve ? on prefererais aussi aller en cours. Nous voulons faire les etudes de notre choix et en toute liberté. Et vous ?"


On peut vous en trouver d'autre sur le salariat pendant les etudes, et la reduction des CA, et la casse de la recherche... On a des tas d'idées... Si ca vous interesse...

organisez vous ! armez vous de courage et de foix ! Moi je suis loin mais je pense a vous. je voudrais presque etre la !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
katia

avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: partie 1 : les nouvelles...   Jeu 8 Nov 2007 - 15:36

ci joint le mail envoyé par un etudiant de Sud sur la mobilisation des facs au 5 novembre.

Etat de la mobilisation des Universités au 5 novembre 2007.

Angers : En vacances cette semaine. Prochaine AG le 13 novembre

Arras : En vacances cette semaine. 1ere réunion d’info le 7 novembre .


Bordeaux : Bordeaux 1 : AG le 7 novembre Bordeaux II, prochaine AG le
14
Bordeaux
III, réunion unitaire le 7 et AG le 14.

Brest : Vacances cette semaine, ils ont une AG mardi prochain.

Caen : AG mercredi : quelques principes d’actions intéressants. Une
manifestation avec environ 250 personnes. Prochaine AG mardi, le
blocage sera
probablement évoqué.).

Chambéry : Nouvelle AG dans la semaine.

Dijon : AG à 200 personnes (le blocage est à l’ordre du jour)

Grenoble : AG mardi 6. La grève est à l’ordre du jour.

La Rochelle : Vacances cette semaine, AG mardi prochain.

Le Havre : Prochaine AG mercredi 7 La grève est à l’ordre du jour.

Le Mans : En vacances cette semaine. Le comité de mobilisation se
réunit mardi
prochain (06/11). AG prévue mardi 13 (le temps de faire de
l’information).

Lille : Lille 1 et Lille 2 étaient en vacances Lille 3, AG le 30
novembre : 300
personnes grace un travail militant important. Vote d’une manifestation
le jeudi 8
novembre avec le début d’un blocage le même jour. L’AG du mardi 6 doit
évoquer
le blocage.

Lorient : En vacances. Une AG a lieue mercredi 7. La grève doit être
évoquée.

Lyon : En vacances cette semaine. AG mercredi et jeudi prochain (07 et
08/11)
sur tous les sites de Lyon. Sur Lyon I, une centaine en AG avec
beaucoup
d’enseignants...

Marne la vallée : En vacance cette semaine. AG jeudi 8.

Marseille : Vacances cette semaine AG pour le lundi 5

Montpellier : En vacance cette semaine AG mercredi (sciences) et jeudi
(lettres).

Nancy : AG dès mardi 6 pour enchainer sur une serie d’actions dans la
semaine.

Nantes : Les ¾ des filières sont en vacances. AG mercredi prochain à
10h. La
question du blocage va être posé rapidement.

Orléans : En vacances cette semaine.

Pau : 100 en AG la semaine dernière

Paris 1 Tolbiac : Grève depuis mercredi. 1200 étudiants en AG. Les
anti-grévistes
réclament un vote avant les débats. Enfin, l’AG a réitéré son appel aux
autres fac
de France insistant sur le fait que le mouvement ne pourra se contruire
qu’avec
un maximum de fac mobilisés. Une cinquantaine d’étudiant-e-s ont occupé

vendredi soir et pour la nuit le centre Panthéon, le siège de Paris 1,
pour réclamer
la réouverture de Tolbiac et des excuses de la présidence. Après les
avoir délogés
samedi matin, la présidence a reconduit la fermeture de Tolbiac jusqu’à
lundi 5...
Face à la volonté de la présidence de briser le mouvement en jouant le
pourrissement, en particulier par la fermeture administrative, les
étudiant-e-s
ont réussi à réinvestir l’université ce matin (lundi 5), sans violences
contrairement
à ce que la présidence de Paris I affirme...

Paris 1 et 4 Sorbonne : Grève avec blocage le 6 novembre. 300 en AG.
Occupation le soir par 200 étudiants, évacuation par les CRS à 23h.

Censier (Paris 3) : AG à 60

Paris 8 : AG à 150. L’organisation s’améliore. Vote d’une plate forme
de
revendications. Prochaine AG mardi 6.

Paris 10 Nanterre : Mardi 30 octobre : réussite du barrage filtrant
avec une
bonne visibilité, AG d’environ 300 personnes. Prochaine AG le 8
novembre : la
question de la grève est à l’ordre du jour.

Paris 13 Villetaneuse : AG mercredi. : une soixantaine de personnes.
Prochaine
AG 12h30 mardi 6 nov.

Perpignan : La fac est en greve. AG 170 pers Prochaine AG mercredi
prochain.

Rennes : Vacances à Rennes I et II Prochaines AG le mardi midi.
Prochaines AG le
6 : la grève sera à l’ordre du jour à Rennes II.

Rouen : Université en grève. Soutien d’un certain nombre
d’enseignants... La
présidence a décidé de jouer le pourrissement de la situation : une
contre AG
illégitime s’est tenue lundi matin réunissant 600 étudiant-e-s (moitié
pour,
moitié contre). Une AG légitime s’est tenue à midi, réunissant environ
1200
étudiant-e-s, la grève y a été massivement reconduite.

Strasbourg : AG à environ 150.

Toulouse Rangueuil : AG avec grève votée mais le blocage n’est pas
encore
effectif. Manif à 250 et prochaine AG mercredi prochain

Toulouse Mirail : L’ag au mirail a regroupé mardi environ 950
personnes. La
grève est votée. Prochaine AG le mardi 6. Interventions dans les AG de
cheminots.

Tours : A Tours, l’AG du lundi 5 novembre a votée la grève pour le
mardi 6 et les
jours qui suivent. AG mardi 6 nov à 14h.


Voila. il me semble que c'est pas non plus flambant... mais c'est un debut... Nouvelles coordination a Renne ce week end !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
katia

avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Loi Pécresse: blocages de facultés à Toulouse et Tours   Jeu 8 Nov 2007 - 15:40

et maintenant voici mon analyse que j'ai envoyé a la liste de coordination nationale ainsi qu'a Juliette...

Cher tous,

je reste la de ma hongrie a vousregarder, vous lire et vous ecouter preparer une nouvelle bataille.
Je ne peux pas vraiment vous apporter autre chose que mes encouragements et mes conseils de vieille qui a pris du recul et qui a vu autre chose.

Sur le CPE nous avons gagné certaines choses et notament une mobilisation que nous n'avions pas connu depuis longtemps. Mais certaines personnes se sont sclérosée autour de ca, et attendent de recommencer cette joyeuse fete. Aujourd'hui les syndicats etudiants quelqu'ils soient continuent a agir et a communiquer comme ils le faisaient en 68. Mais en 68, et meme apres (jusque dans les années 80 si on regarde bien...) les etudiants étaient plus politisés. Quand je dis politisé ca veut dire interessés par leur avenir, leur vie et ce qui peut se passer plus tard. Aujourd'hui la majorité des etudiants ont du mal a s'interesser a ce qui ce passera au dela de leur licence ! D'un autre coté il faut rester clair, c'est normal ! De plus en plus d'etudiants salariés, des considerations qui n'existaient pas, certains d'entre eux sont tellement habitués a survivre qu'il ne peuvent avoir conscience de comment vivre !

Les methodes de rassemblement n'ont qu'un effet limité avoir 350 etudiants en AG a Nanterre, qui est censé etre un haut de lutte estudiantine... J'ai toujours entendu parlé de Nanterre comme d'une Université pleine de revendications et comme un symbole des luttes de la gauche etudiante ! Pourtant aujourd'hui Nanterre comme les autres Universités sont confrontées a un vrai probleme de mobilisation.

Du temps ou j'etais etudiante et ou je me mobilisais contre le LMD, ou le CPE ou d'autres combats plus locaux, les etudiants avaient toujours le meme discours : "ls syndicats c'est bien, mais ils parlent toujours de la meme chose, c'est non constructif, et en plus des fois ca ressemble a des sectes". Si on est politisé, on est forcement syndiqué, et les etudiants ne connaissent que l'UNEF et SUD, avec tous les aprioris que l'on peut avoir. UNEF co gestionnaire (pas toujours faux...) et SUD syndicat de blocage a la barbare (pas toujours faux non plus). Parmi ces methodes ancestrales de travail il y a le blocage... Le blocage ddes universités qui permet de montrer qu'on ne rigole pas, qu'on prends nos revendications au serieux, et surtout qui permet aux medias de nous mediatiser. Avec toujours les anti blocage qui nous insultent et nous traitent de tous les noms. Le blocage fait peur, les etudiants pensent qu'on leur force la main (et dans certaines AG c'est vrai, je suis navrée de l'admettre...), et que les revendications ne les concerne pas, et qu1ils se retrouvent otage d'un combat qui n'est pas le leur ! De ce fait ils s'opposent, ils ralent, ils peuvent devenir violents parfois et surtout ils se desinterresse de l'action ! Les manifs a 150 ou 250 etudiants dans des villes qui comptent 10 ou15000 etudiants ca vous satisfait sans doute, mais pourtant ce n'est pas ce qui vous permettra de gagner.

Le plus important dans un mouvement c'est la mobilisation, c'est les gens qui luttent. Ce n1est pas le nombre de fac bloquées. Ca sert a quoi de boloquer une fac si seulement 1% des etudiant suivent un mouvement. Anoncer un blocage quand on sait qu'on aura une AG a 300 permet aux medias, au gouvernements, et aux syndicats de droite de crier a la prise d'otage. Un blocage doit etre valable si l'AG est largement representative, et si les etudiants suivent largement le mouvement.

Avec le recul la premiere etape qui me semble importante est l'occupation (parce qu'il peut y avoir occupation sans blocage). Quand je parle occupation c'est occuper jour et nuit mais aussi occuper toute la fac. Vous etes 60 suppra motivés ? c'est largement suffisant pour multiplier les tables d'information et de debat (avec café ou thé facon cooperative auto géré). les barrages filtrants ou on oblige les gens a s'informer a savoir qu'on est la mais sans leur donner l'impression qu'on les prends en otage. Des tracts et des affiches avec des slogans plutot que du texte en pagaille (les etudiants ne les lisent plus !). la communication aujourd'hui passe par de l1information pré digérée... Au lieu de faire un tract reprenant tous les defauts de la loi, faites en plusieurs qui reprennent chacun un ou deux points avec une ou deux phrase choc... Certains etudiants vont etre sensibles a l'augementationfuture des frais d'inscriptions, d'autres a l'entrée du MEDEF qui va certainement influer sur les filieres proposées ect... Dire a un etudiant "avec cette loi c'est plus toi qui choisi le metier que tu veut faire mais les entreprises qui definissent les metiers dont ils ont besoin" aura plus d'impact qu'un tract recto verso illisible... Si ils doute ils s'interroge, et si vous faites des tables d'information vous pourrez lui parler et lui expliquer ca et le reste. Idem pour les affiches. Il y un truc economique pour les affiches qui permettent d'afficher en grand rapidement et efficacement : les nappe en papier. Collez sur les murs de grands morceaux de nappe et passez de la bombe dessus (ca part facilement en plus donc l'admnistration rale moins...). Vous pouvez y mettre des messages importants et grands !

La communication du message de facon nouvelle et apropriée permettra de ralier des gens, et d'avoir une vraie mobilisation. Les grevistes passent toujours pour des flemmards qui veulent rien glander, soyez presents, disponibles, visibles, partout et tout le temps. Agissez plus sur l'information que la mobilisation pendant une semaine au moins... apres vous aurez les moyens de preparer une mobilisation de taille. Il faut convaincre les etudiants que c'est leur avenir, mais aussi celui de leur freres, soeurs, cousins cousines et futurs enfants qui est en danger. Pas juste le principe d'université libre et accessible mais leur vie... il faut aussi sensibliser les etudiants etrangers sur des temes qui ont un impact direct dans la loi (le paiement des frais d'inscription, les volontés personneles des entreprises dont certaines d'entre elle ont deja des objectifs de recrutement racistes...).

Je me doute que vous devez pensez mais qui est-elle elle pour venir installer son grain de sel alors qu'elle n'est plus a la fac. J'ai donné entant que militante et je me retrouvée confrontée aux meme problemes que vous. mais depus que je vis loin, j'ai pris du recul et je vois mieux les failles de nos actions. Si a l'epoque ou je militait j'avais pu avoir quelqu'un qui aie passé suffisament de temps pour prendre du recul sur nos methodes de militantisme et qui m'aurait fait part de ses idées, il y a des choses que j'aurais faites autrement, et on aurait mieux fonctionné...

je suis ouverte au debat, vous pouvez ne pas etre d'accord avec moi et je ne vous demande pas d'appliquer tout ce que je vous dit. Je vous propose des idées, et je vous demande juste de les lire et d'y reflechir, donc de faire votre travail de militant. Parce qu'etre militant etudiant de gauche, c'est surtout et avant tout reflechir au systeme qui existe voir les pours et les contres et proposer des alternatives. Se battre si necessaire mais avec construction... Tirer les lecons des echecs precedents et ne pas que remettre en cause les defaillances des autres mais aussi les notre !

en clair je reste persuadée que la fin du mouvement il y a 2 ans n'etait pas juste due a la defaillance de l'UNEF mais aussi du a la fatigue et a notre manque d'organisation au depart, qui nous a fait perdre bon nombre de forces vives... La large majorité des etudiants qui se battaient n'etaient pas de l'UNEF et je doute que malgré tout son poids, l'UNEF soit aussi forte que ca !

Reflechissez y, et posez vous les bonnes questions : que voulons nous ? Un monde meilleur ou faire du bruit ? Un monde meilleur ne se construit pas en une semaine 8sauf dans la religion catholique), ca ne vient pas de generations spontanées !

Courage et n'oubliez pas que c'est votre foix en la justice et dans vos idées qui vous permettrons de vous faire entendre, mais deux voix crient plus fort qu'une et quatre plus fort que deux !


A vous de voir si ca vaut la peine d'en tenir compte ou pas. A vous de voir ce que vous voulez. A vous de savoir comment vous le voulez ! Une chose est sure, j'y ai beaucoup reflechis et c'est possible ! il faut le vouloir, y croire et s'en donner les moyens... a vous de decider et bon courage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine

avatar

Nombre de messages : 258
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: Loi Pécresse: blocages de facultés à Toulouse et Tours   Ven 9 Nov 2007 - 1:08

Salut Katia! Oui, je suis tout à fait d'accord avec l'analyse que tu fais de la situation actuelle et de ce qui s'est passé à la fin comme au début de notre mobilisation pour; ou plutôt contre le CPE (désolé, lapsus) Very Happy Je me pose moi-même un tas de questions sur ce qui se passe dans la tête des étudiants d'aujourd'hui, y a parfois des jours où je me sens très seul...
mais en même temps il y a de l'espoir: bouge pas je m'explique.
Hors contexte étudiant, j'ai réussi une fois, l'année dernière à renverser la vapeur lors d'une prise de tête: j'étais en gare de Gien chez moi, le train pour Clermont était là et n'a pas bougé de la gare pendant 6h une caténaire et un arbre tombés sur les rails à 4km. Intolérable vu que c'était le soir, tout fermé, pas d'info, plusieurs centaines de personnes dans le train (dont personnes âgées, femmes enceintes, bébés, la totale) et la SNCF nous a laissé poiroter là, sans aucun ravitaillement, gare fermée, pas d'eau, répondant au chef de train qui appelait le central pour avoir des bus de substitution qu'il n'avait qu'à "aller se faire foutre" fin de citation. Bref, un ptit groupe d'une dizaine de passagers à bout a commencé à prendre à parti le chef de train qui n'y était pour rien et faisait tout son possible, le malheureux et commençaient à crier à la privatisation. Figure-toi qu'une fois leur avoir expliqué que c'était justement à cause de la privatisation progressive du réseau, en route depuis 1996 qu'on en était arrivé là ils ont commencé à se calmer; quand je leur ai dit après qu'un texte de l'OCDE préconisait de détruire les services publics ponctuellement pour ne pas créer de mouvement d'opposition de masse et que c'était pour ça que les médias ne nous informaient pas de ce côté obscur de la force ils sont tombés des nues, et quand au final ils ont été convaincus, parce que le chef de train approuvait à ce que je leur racontais que c'était pas du flan, et que je n'appartenait pas à la SNCF, ils ont tous changé d'opinion et j'espère qu'ils convaincront à leur tour plein de monde. Tout ça pour dire que les médias et les gouvernements manipulent tout le monde (grande découverte pour quelqu'un de bien informé qui croit que tout le monde est dans le même cas) par l'ignorance et que par le dialogue et les preuves concrètes, la force de persuasion aussi nous pouvons réellement créer une mobilisation, même si les apparences nous font croire qu'il n'y a que peu de gens à se sentir consernés, c'est parce que la majorité est mal informée. Tout le problème réside donc dans le contenu de nos tracts, comment faire passer l'information; j'avoue que je suis assez partagé sur ce point: c'est vrai, dans bien des cas, les étudiants ne lisent pas (même moi parfois, c'est dire!) les tracts qu'on leur distribue, d'où, et tu le notais bien, l'importance d'être synthétiques et de privilégier des slogans chocs ou bien de cibler un ou deux points importants de la réforme Pécresse. Mais un autre aspect du problème, et c'est là que ça devient vicieux, reste entier: celui de la perception du message soumis à la loi du préjugé. Il ne faut pas se voiler la face, pour différentes raisons, que je ne m'explique pas toujours, les étudiants dans leur grande majorité se méfient ou méprisent carrément les syndicats (triste époque en vérité) Du temps où nous étions encartés UNEF, il y avait au moins deux raisons: pour les plus informés, de vieux dossiers pas reluisants, pour les autres le côté extrême gauche de la plupart des adhérents (aujourd'hui de la totalité) qui faisait de l'UNEF une caricature grotesque et il n'y avait pas besoin d'exagérer (on en est sortis, ouf!) (Unef clermont je parle) si bien que nous n'étions plus crédibles auprès des étudiants. D'autres part les médias ont beaucoup fait pour nous faire passer pour des guignols et des branleurs et force est de reconnaitre qu'ils y sont parvenus au-delà de toutes espérances. Avec l'AGEC nous partons avec un quotat sympathie un peu meilleur, mais des tracts courts, avec un slogan choc, un ou deux points traités exclusivement nous rendront crédibles? Le fait de crier au loup nous discrédite déjà beaucoup (les jeunes ne se projettent pas dans le futurs, les changements se font de manière tellement insidieuse qu'ils ne les voient pas et ensuite pensent que c'est normal et que les choses se sont surement toujours passées comme ça) des tracts courts en plus nous feraient-ils paraitre sérieux? Je crois qu'il faudrait arriver à une sorte d'offre de tracts multiple: un flyer très court effectivement ET un document, pas nécessairement sous forme de tract , détaillé, analysant la loi et pointant du doigt les éléments nocifs, tout en faisant des propositions réalistes a contrario de façon à montrer notre volonté à nous aussi de faire bouger les choses mais cette fois dans le bon sens. Je crois en tout cas qu'il y a un vrai travail de réflexion à avoir sur ce côté du relationnel et de la pédagogie envers les autres étudiants, c'est toujours là que le bas blesse sachant que c'est toujours par la calomnie (ce sont des gauchistes allumés, inconscients des réalités, des glandeurs, des immobilistes) que les médias nous discréditent. Je crois aussi qu'il faudrait pour ça, dans une vue plus globale créer une dynamique d'émulsion intellectuelle et sociale qui manque cruellement dans cette fac, des lieux de rencontres pour que les étudiants puissent échanger, se parler, c'est aussi l'une des grandes réussites je crois de la mobilisation anti-CPE, c'est que d'un côté comme de l'autre les étudiants on commencé à se parler ce qu'ils ne faisaient plus depuis des années, et c'est ça qui mettra aussi en péril cette société individualiste qui entend nous dicter sa loi, diviser pour mieux régner, alors recollons les morceaux! Et cela peut prendre différentes formes: journaux étudiants, radios, foyer (j'avais fait un article là dessus après le CPE, je sais pas ce qu'il est devenu) jury littéraire, prix littéraire de l'Université Blaise Pascal (ça aurait de la classe non?) etc etc... Bref (ce n'est pas vraiment le mot mais bon...) je ne sais pas si j'ai été très clair mais voilà mon analyse qui va je crois à peu près dans le même sens que la tienne mais en y apportant quelques éléments de réflexion supplémentaires qui prouvent bien à eux seuls combien le problème de la communication est compliqué, paradoxalement dans un monde actuel surmédiatisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine

avatar

Nombre de messages : 258
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: Loi Pécresse: blocages de facultés à Toulouse et Tours   Ven 9 Nov 2007 - 1:21

J'ajoute que lors de notre mobilisation anti-CPE, nous n'avons pas su retenir les étudiants sur le site passé la journée et que nos occupation ne passaient pas la cinquantaine de personnes la nuit, même si certains soir des conserts sympas ont eu lieu (merci aux concertistes d'ailleurs, c'était vraiment cool) alors autre réflexion à avoir sur qui connait qui, car si nous devons, aujourd'hui ou demain (j'entends dans les jours qui viennent ou plus tard dans l'année) bloquer la fac, il faudra cette fois savoir y retenir les étudiants. Je pensais faire appel à Schraz et à sa bande de gais lurons de la Baie des Singes à Cournon (l'APIRE: Association Pour l'Isolement de tous ceux qui se sont Regroupé par Erreur) et autres joyeux drilles ainsi que des spécialistes reconnus pour donner des conférences sur la loi Pécresse et pourquoi elle est dangereuse pour nos universités et autres choses de ce genre. Voilà. En fait y a vraiment plein de trucs à dire, et pour ça le net c'est pratique! A plus!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
katia

avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Loi Pécresse: blocages de facultés à Toulouse et Tours   Ven 9 Nov 2007 - 16:01

le meilleur mooyen de retenir les etudiants c'est qu'ils se sentent concernés. Le meilleur moyen de les concerner est de leur parler. la communication aujourd'hui est tres importante, et je crois mes amis, que nous en manquons !

Mais je crois qu'il est surtout temps de tout tenter et de se bouger un peu... le temps passe et tres vite...

moi je peux vous aider... un peu... je suis devenue forte en com !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthieu Perona

avatar

Nombre de messages : 458
Age : 35
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Re: Loi Pécresse: blocages de facultés à Toulouse et Tours   Ven 9 Nov 2007 - 17:00

Je crois que l'AGEC a pris une longueur d'avance sur le net par rapport à d'autres composantes : notre site web et ce forum en témoignent. Il est vrai que le net ne remplace pas le contact direct, mais c'est un vecteur de plus en plus important. Il faut amener progressivement les étudiants à connaître nos sites.

Pendant le CPE, et auparavant la Constitution européenne, le net a joué un rôle essentiel dans l'information et pour démonter les chimères des médias libéraux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Loi Pécresse: blocages de facultés à Toulouse et Tours   

Revenir en haut Aller en bas
 
Loi Pécresse: blocages de facultés à Toulouse et Tours
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Salon]Faculté de médecine de Rabat, et autres villes.
» seuil des facultés de médecine dentaire, svp?
» V. Pécresse sur Fr. Inter dans la tête au carré: je crois que je vais craquer...
» Changer de faculté entre la première et la deuxième année?
» la Faculté Polydisciplinaire d'El Jadida

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'AGEC :: Espace ouvert : :: Mobilisation contre la loi d'autonomie des universités-
Sauter vers: